Histoires, spectacle vibrant, vivant, enthousiasmant

Chez ODNI, on a de la chance, beaucoup de chance. Il y règne un esprit créatif toujours en ébullition et les membres de la troupe ne manquent pas de talents variés. Ainsi, Catherine et Line ne se contentent pas de danser, elles font aussi du théâtre. Catherine, au sein de La Vallée du Théâtre et Line au sein de la Cie Barbès 35, notamment. Alors, dès que l'une ou l'autre se produit sur scène, il n'est pas question de ne pas aller les voir !

 

Ce samedi 19 octobre, la Cie Barbès 35 présentait son spectacle Histoires, dans le cadre des Scènes Rurales. Ce samedi 19 octobre, Cécilou et Caracole sont allées dans une ferme à Montmachoux, au fin fond de la Seine-et-Marne, pour découvrir ce spectacle. Elles ont été tout simplement enchantées, transportées, émues.

 

Il faut savoir que ce spectacle est un peu particulier. Histoires est basé sur des témoignages de celles et ceux qui ont travaillé à l'usine Jeumont-Schneider de Champagne-sur-Seine. Cela ne vous parle peut-être pas, mais pour celles et ceux qui vivent dans la région de Champagne-sur-Seine, cette usine, qui a existé durant des dizaines d'années, a marqué la vie de nombre d'habitants. On connaît tous une personne qui a travaillé à Jeumont-Schneider. Le papa de Caracole y a fait toute sa carrière, entré en tant qu'ajusteur, puis devenu dessinateur industriel au bureau d'études. Caracole se souvient parfaitement des Noël organisés à l'usine pour les enfants des salariés, des colonies de vacances proposées aux enfants des salariés. Jeumont-Schneider fait partie de l'histoire de la région, de sa mémoire collective.

 

Le spectacle construit et mis en scène par Cendre Chassane, rend vivante et vibrante cette mémoire. Il ne s'agit en aucun cas d'un mausolée, d'un regard nostalgique sur le passé. Bien au contraire, il s'agit de rendre hommage à celles et ceux qui ont fait de Jeumont-Schneider leur vie, qui ont fait leur cette région, qui y ont vécu, travaillé, aimé, construit. Durant un peu plus d'une heure, on plonge avec délice dans ces destins croisés, on rit, on est ému, on est surpris. Chaque membre de la troupe, amateur ou professionnel, est au diapason (et bien sûr, Cécilou et Caracole étaient fières de notre Line nationale). La mise en scène adaptée à ce décor de ferme est une totale réussite, fourmillant d'idées. Et comment ne pas être emporté par le message de la pièce qui nous crie de croire à l'utopie, de vouloir l'utopie ?

 

Pendant un peu plus d'une heure, Cécilou et Caracole en ont pris plein les yeux et plein le cœur. Si vous voulez vous aussi avoir la chance de vivre cette expérience, il vous reste une dernière chance les 25 et 25 octobre à l'abbaye de Cercanceaux à Souppes-sur-Loing. Mais dépêchez-vous, il ne reste plus que quelques places ! 

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0