Des odnidiens en résidence au théâtre de Fontainebleau, c'est magique

On est pas peu fier chez ODNI, quatre de nos membres et un odnidien du cœur étaient sur la scène du théâtre de Fontainebleau ce vendredi 8 novembre.

 

Petit retour en arrière. Il y a quelques mois, la chorégraphe Claire Gérald, de la compagnie TAM, invite des danseurs et danseuses amateurs à participer à son projet Princesse Pouf, dans lequel elle dirige sa fille Joséphine. Pour prolonger cette performance, la chorégraphe souhaite mettre en scène 12 solos d'amateurs formant un tout cohérent. Ce tableau sera monté durant quatre jours de résidence au théâtre de Fontainebleau. C'est ainsi que des odnidiens ont répondu à l'appel et ce 8 novembre, Catherine, Sandrine, Thierry, le mari de Line, Cécile et Vincent étaient attendus sur scène. 

 

Bien sûr, la quasi-totalité du reste de la troupe est dans la salle pour venir soutenir les odnidiens et les admirer bien sûr ! 

 

La soirée commence par la pièce Princesse Pouf : "fuir les codes familiaux, éducatifs, culturels, pour trouver sa propre façon d’être présente au monde, sa manière d’être vivante, la jeunesse s’échappe ainsi avec aisance de la réalité pour aller flirter avec l'imaginaire. Écorchée et timide, elle se bat pour anéantir ce qui fait obstacle aux rêves. Se dénuder, s’étendre sur le ventre jusqu’à s'abandonner dans un relâchement si intime afin de jouir d'une construction autre: c'est l'hymne éternel de la jeunesse..." Une performance dont la mise en scène joue avec la vidéo, des effets visuels et le corps au centre de tout. Un corps en pleine mutation, plus tout à fait celui d'une enfant, mais pas encore tout à fait celui d'une adulte. Un corps bouillonnant, en pleine évolution, qui cherche à trouver sa place.

 

Et puis, vient la partie des solos d'amateurs. Solos qui reprennent des énergies du précédent tableau. Chaque danseur et chaque danseuse offre une prestation réussie, qui leur est unique, qui est fidèle à leur danse propre. Mais nous n'allons pas vous mentir, nos cœurs battaient la chamade à chaque fois qu'un odnidien était sur scène (ou enlevait subrepticement un pouf de la scène). Catherine a lâché des choses comme jamais, totalement dans ses mouvements, dans le moment. Sandrine a offert une performance tout en explosivité et prise de risque, tout en étant bien plus qu'une simple prouesse physique. Thierry, danseur de salon mais qui n'avait jamais mis les pieds sur un scène, a fait preuve d'une présence incroyable et d'une grâce folle. Cécile a su faire passer d'intenses émotions que nous avons reçues avec joie. Enfin, Vincent a clôturé le tableau de la plus belle des façons, en laissant s'exprimer toute la puissance de sa danse qui était absolument de toute beauté (en toute objectivité bien sûr).

 

Évidemment, la soirée s'est poursuivie autour d'un verre, car ODNI ne serait pas ODNI sans ses séances de papotage et de partage.

 

Vous l'aurez compris, que ce soit sur scène ou dans la salle, cette soirée fut magique !

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Anaïs (lundi, 11 novembre 2013 21:25)

    Merci Carole pour ce résumé de cette soirée théatrale de vendredi! C'était vraiment un bon moment...avec bien sûr 1petite préférence pour la 2ème partie pendant laquelle on a pu admirer nos odnidiens! C'était vraiment de belles énergies et un beau travail accompli en peu de temps, bravo! Tant pis pour moi pour le verre post spectacle, une prochaine fois,bises!