Petite parenthèse en mode câlinou

Ce mercredi 20 novembre, la troupe odnidienne a eu droit à un atelier pas tout à fait comme les autres. 

 

Ce mercredi 20 novembre, le programme était pourtant bien calé. Et puis, Cécilou n'a pas pu venir. Et puis Vincent n'a pas pu venir. Or, dans le programme bien calé, les chorégraphies et tableaux de Cécilou et Vincent (et leurs musiques) avaient une grande place. Il était également prévu de travailler le tableau de Tigrou dans l'optique du spectacle. Petit dilemne odnidien : continuer le tâtonnement du spectacles sans deux des cerveaux créatifs ou alors partir sur un atelier sous forme de parenthèse. Le groupe décide d'opter pour le deuxième choix.

Après une séance d'échauffement colllective, place à l'atelier dirigé par Coralie. Au programme : travailler les pauses photo, les postures et les contacts rapprochés, le tout sur une musique toute douce. Après avoir exploré avec Cécilou les coups que l'on donne, que l'ont reçoit et le combat à mener pour recouvrer la lberté perdue, cette parenthèse enveloppante a mené le groupe vers d'autres sensations. Les odnidiens se sont laissé porter, les idées ont étoffé le propos, un beau lâcher prise a vu le jour. Un bien beau moment de partage.

 

Mais il n'était pas question de totalement laisser de côté le spectacle et il est temps de travailler en silence les chorés de Cécilou et Vincent. Bon, il faut le reconnaître, la mémoire n'est pas encore totalement optimale pour la choré de Cécilou, mais les choses se mettent sérieusement en place pour celle de Vincent et sur les comptes, s'il vous plait !

 

Ursula a clôturé l'atelier en proposant son travail sur son solo. La matière est riche, remplie de belles choses qui ne demandent qu'à s'étoffer et à vivre ! Les odnidiens en redemandent !

 

Mais, la semaine prochaine, absents ou pas absents, on se repenche concrètement sur la préparation du spectacle et de la soirée du Téléthon qui approche à grands pas !

Écrire commentaire

Commentaires: 0