Corps qui bat a pris vie !

 Après plusieurs mois de travail menés tambour battant, ça y est, les Odnidiens ont donné vie à Corps qui bat le 15 avril, le temps d'une soirée qui a filé comme l'éclair.

 

Cette année n'a pas été une année tout à fait comme les autres pour ODNI. Après une rentrée riche en projets, la préparation concrète du spectacle 2015 a commencé plus tard que d'habitude, mais comme d'habitude, les idées fusent toujours autant dans la marmite odnidienne ! Autre changement de taille cette année, l'absence de Cécilou, accaparée par la l'aboutissement d'un projet professionnel d'envergure. Et on sait chez ODNI, combien Cécilou est essentielle pour mener le groupe et mettre du sens dans toute cette créativité débordante !

 

Mais les Odnidiens se sont retroussé les manches et ont pris à bras le corps le thème proposé par Vincent. Et pas n'importe quel thème : celui de l'amour. Enfin, point d'amour cucul, ce n'est franchement pas l'état d'esprit de la troupe ! L'idée était de donner comme toujours libre cours à l'implication de chacune et chacun et de développer des tableaux décalés, dans un esprit théâtral, dans la grande tradition d'ODNI depuis le premier spectacle Pôle Rêve. Le travail de création s'est également nourri de celui sur la voix réalisé lors d'un atelier avec le chanteur et musicien Haim Isaacs, que Caracole avait rencontré lors d'un stage clown/voix en juin dernier.

 

Semaine après semaine, la petite troupe n'a pas ménagé ses efforts pour mettre en place tous les tableaux imaginés. Il a fallu pas mal de discipline, le stress était souvent au rendez-vous, mais le plus important a encore une fois été au rendez-vous : l'envie de créer.

 

Ce 15 avril, la troupe est enfin prête. La journée débute tôt avec l'encodage des lumières suivi de la générale sur scène. 16 h, la troupe se sépare le temps de reprendre des forces avant de se retrouver plus tard pour un repas pris en commun et les derniers préparatifs avant le grand moment.

 

Ça y est, le rideau s'ouvre et il est temps d'offrir ces mois de travail au public venu découvrir ce nouveau spectacle. Les tableaux s'enchaînent, les petits couacs arrivent là où on s'y attendait le moins et une incompréhension avec les techniciens nous a donné des sueurs froides. Mais comme toujours, après les premières secondes de panique, la troupe reprend ses esprits, s'écoute, retombe sur ses pattes et les spectateurs n'y voient du feu, de vrais pros !

 

Le spectacle file comme à chaque fois à toute allure et il est déjà temps de regarder le rideau se fermer.

 

La troupe n'a qu'une envie : redonner vie à Corps qui bat, en le faisant évoluer car c'est là l'essence du spectacle vivant, vivre ! Sans oublier d'autres projets en construction. Et oui, chez ODNI, la création ne s'arrête jamais !


Photos : Jérôme Barchietto

Écrire commentaire

Commentaires: 0